Le saviez-vous ?

Pourquoi les bouteilles sont-elles souvent en verre foncé ?

 

Accoudé au bar, vous êtes-vous, ne serait-ce qu’une seule fois, demandé pourquoi les bouteilles de bières sont faites d’un verre si foncé ? Que ce soit ou non le cas, la science détient la réponse. Et la raison n'est pas liée au hasard mais plutôt à la… chimie !

Les amateurs de bières peuvent en attester : dans l’immense majorité des cas, le flacon qui contient le précieux breuvage est fait d’un verre teinté, au travers duquel on peut difficilement apercevoir la couleur du liquide. Blonde, brune ou ambrée, la bière n’a pourtant a priori aucune raison de camoufler ainsi sa robe aux reflets cuivrés. Et pourtant, la teinte foncée de la bouteille joue un rôle crucial dans la conservation de la boisson.

Selon les spécialistes, connus sous le nom de biérologues ou de zythologues, le verre brun permet en effet de protéger la bière d’une dégradation connue sous le nom de "goût de lumière", un processus conduit sous l’action des rayons lumineux et qui touche également les vins ou le Champagne.

"Comme les Gremlins, mais en plus sympathique, la bière possède plusieurs ennemis naturels, y compris le temps, la température et la lumière, qui nous mène à la bouteille marron", révèle avec malice au site Realsimple Jaime Schier, directeur-qualité à la Massachusetts Bay Brewing Company.

Une réaction chimique induite par la lumière

Les rayonnements lumineux provoquent en effet une réaction chimique au sein même du liquide, qui aboutit à la production d’un composé connu sous le nom de 3-méthyl-2-butène-1-thiol, ou MBT. En cause, la réaction de photodégradation provoquée entre la riboflavine - aussi appelée vitamine B2 - et les isohumulones, des composés issus du houblon et donc naturellement présents dans la boisson, à laquelle ils confèrent sa saveur amère typique.

"Par opposition aux bouteilles claires ou vertes, le marron est plus efficace pour bloquer la partie du spectre lumineux qui provoque la formation de MBT à partir des constituants du houblon", explique Jaime Schier. Une propriété qui permet d’éviter une transformation pour le moins désagréable : le MBT est très proche de la molécule malodorante produite pour se défendre par la moufette, la cousine nord-américaine du putois.

Si les bouteilles de bière sont ainsi, cela n'a donc rien à voir avec le hasard. Mais les consommateurs avertis n'auront pas de mal à remarquer que ce n'est pas le cas de toutes les bières. Certaines se contentent tout à fait d'une bouteille claire laissant apercevoir la couleur dorée du breuvage. Ceci s'explique facilement par leur composition.

Certaines bières contiennent en effet des quantités très réduites de houblon ou alors des extraits particuliers qui sont moins affectés par le phénomène d'altération que les composés classiques. 

Les bouteilles, des contenants imparfaits

Néanmoins, les bouteilles brunes ne garantissent pas une protection parfaite de la bière, comme le souligne Jaime Schier : "Gardez votre bière au frais, et conservez la à l’abri de la lumière, même si elle se trouve dans des bouteilles marron". Selon le zythologue, la solution ultime reste la canette en aluminium, qui, contrairement aux idées reçues, serait le contenant idéal pour préserver les saveurs de la bière.

"Alors que les canettes sont 100% imperméables à l’oxygène, les bouteilles, elles, ne le sont pas", révèle Jaime Schier, qui précise que "le revêtement sous la capsule devient cassant avec le temps, et permet à de très petites quantités d’oxygène de migrer à l’intérieur de la bouteille, accentuant ainsi les réactions de rassissement qui donnent un goût et une odeur cartonneuse, de papier, aigre et insipide à la bière".

Selon le spécialiste, les années 1990 ont marqué un tournant dans l’Histoire des bières en canettes. Les fabricants sont en effet parvenus à améliorer les revêtements internes des boîtes en aluminium et ont supprimé les lubrifiants qui conféraient à la boisson son arrière-goût métallique si désagréable. Meilleure que la bouteille, la canette n’en demeure pas moins inférieure à la solution ultime de conservation de la bière : le fût.

Quoi qu’il en soit, Jaime Schier souligne un point crucial : "Pour moi, le meilleur récipient restera toujours celui que j’ai devant moi !". Un disciple, sans doute, d’Alfred de Musset, qui clamait en son temps haut et fort : "Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse" ! L’ivresse du goût bien sûr, plutôt que de l’alcool…

 

Source : http://www.maxisciences.com/biere/voila-pourquoi-les-bouteilles-de-biere-sont-souvent-de-couleur-foncee_art40819.html

Laisser un commentaire

s2Member®